Auteur Sujet: 1975-2015 : LAAK VS CTGREF VS SIEGRIST VS CATHERINE  (Lu 1269 fois)

Hors ligne Spunk42.1

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 130
  • Je suis: Spankeur
1975-2015 : LAAK VS CTGREF VS SIEGRIST VS CATHERINE
« le: 28 janvier 2016, 20:16:38 »
Salut

La première fois que je creusais la question de l'épuration par le sol c'était à l'occasion de la polémique chez Laimé (http://www.eauxglacees.com/Assainissement-non-collectif-34?var_mode=calcul) et ensuite à la lectures des extraits du bouquin de Mr Vignoles et Mme Cauchi (https://books.google.fr/books?id=zJNt_gQJunkC&printsec=frontcover&dq=vignolles+assainissement&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=vignolles%20assainissement&f=false)
morceau choisi : « pratiquer la filtration-infiltration est une duperie dont l'environnement est la victime connue ».
Plus tard, je tombais sur un poste de Sebzo qui critiquait ouvertement le DTU (http://dispo-anc.fr/forum/index.php/topic,530.msg3206.html#msg3206) et je comprenais pas d'où on pouvait tirer tant de certitude surtout face à un discours de promoteur de micro-stations aussi bien rodé. Ça m’intriguait.
Je faisais alors un tableau comparatif (en pj) des infos que j'avais à disposition les DTU, les Circulaires vs une abaque CTGREF récupéré sur un doc du FNDAE et j'en restai là. Sans plus d'info.

Aujourd'hui, le DTU 64.1 est moins précis que sa version précédente en terme de dimensionnement ; la norme EU traitées a venir ne dit rien de précis en terme de dimensionnement ; les EM sont toujours pas traitées...

Il demeure donc trois questions techniques :
Comment dimensionner les tranchées d'épandage (pour 15<K<30 si on prend encore la norme en référence) ?
Comment dimensionner les tranchées d'épandage pour les eaux ménagères ?
Comment dimensionner les tranchées de dispersion pour les eaux usées traitées (de l'eau sale propre) ?

1ère réponse rapide avec LAAK ou « la méthode à Papy »

On peut tirer de sa publication de 1974 (http://info.ngwa.org/gwol/pdf/742902263.PDF) une formule de réduction et une abaque permettant de proposer :
1/ une règle de dimensionnement transformant une Perméa en Surface d'épandage (hypothèse de résultats conforté par Machmeier)
2/ un dimensionnement à plusieurs type d'EU (traitées ou ménagères)
En plus c'est sécure car l'hypothèse de départ c'est celle d'un sol saturé donc avec sa meilleure conductivité hydraulique, donc moins de temps de séjour, donc sa moindre capacité de traitement.

M. Lesavre avait exploité cette piste en 2009 pour l'évacuation d'eaux traitées (http://ars.sante.fr/fileadmin/OceanIndien/Internet/Votre_sante/Votre_environnement/Eau/Assainissement_des_eaux_usees/J3-3-Infiltration-des-effluents-epures-AESN.pdf)
On notera les remerciements adressés à M. Vignoles pour sa contribution.

J'ai découvert tout ça en trainant sur le web j'suis tombé sur une doc bien planquée sur http://www.ircwash.org/ (pas sur le site du gouvernement en tout cas !!!) et j'y trouve les réponses à mes questions techniques. Ça a plus de 35 ans et ça parle déjà des TS, de Phyto, de Microstation, de Plateau absorbant... : http://www.ircwash.org/sites/default/files/301-80AS-2239.pdf

2ème recette : « La règle de 3 à la sauce Calvados »

Le CG du Finistère et du Calvados (comme quoi les bretons et les normands peuvent s'entendre parfois) proposent une règle équivalente à DARCY x un coef de 15. Pour les EM je peux aussi me satisfaire d'un ratio de volume, la charge hydraulique restant prépondérante et puis la charge en MES c'est kif-kif avec des EU.
(http://www.calvados.fr/files/content/shared/files/Internet/Bien-vivre-dans-le-calvados/cadre-de-vie-environnement/eau-assainissement/assainissement-non-collectif/principe-et-calcul-infiltration-eaux-traitees-ANC.pdf?uuid=default%3a9c5d6100-56ea-4202-8031-a1289ebe3c8b )

On peu faire mieux je pense

1ère tentative en solo : l'approche boite noire

Je garde l'abaque du CTGREF des années 80 en référence, c'est ce que j'ai de plus récent (et c'est du made in France :) ), tout en gardant à l'esprit la remarque sur les écarts de pratique de prescription (facteur de 33 à 133 !! page 62 de l'étude inter-agence cité ci-dessus). J'me dis que cette abaque intègre la tension de l'eau dans le sol (milieux insaturé vs saturé) et la charge de pollution (effet de colmatage) comme dans la méthode précédente de 1975 (décrite dans ce doc  http://fr.ircwash.org/sites/default/files/341.0-84AS-5369.pdf)

Les solutions recherchées se trouve donc, pour moi, entre Darcy et l'abaque du CTGREF (En PJ une image illustrant le champ des réponses). Mathématiquement faudrait faire un « morphing » entre une droite et une courbe en forme de racine carré (ou à base de log), c'est pas évident à première vue. Bon et pi c'est un peu limite d'extrapoler sur une conjecture.... 1er Echec

Suite à venir... (en quoi la recette au calva est sympa)
« Modifié: 24 mai 2016, 20:56:10 par Spunk42.1 »
"70 dollars par jour pour le jardin, 100 dollars pour la toiture, 125 pour la fosse septique ... Je suis le plus cher, parce que je suis le meilleur!" MACHETE

Hors ligne Spunk42.1

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 130
  • Je suis: Spankeur
Re : 1975-2015 : LAAK VS CTGREF VS SIEGRIST VS CATHERINE
« Réponse #1 le: 24 mai 2016, 21:21:54 »
Tout d'abord j'reviens sur mes raccourcis:

l'abaque du CTGREF on peut la trouver en version presque propre là en fouinant dans les annexes d'un rapport de stage. (http://docnum.univ-lorraine.fr/public/BUS_M_2013_RENEL_AURELIE.pdf)
J'ai pas encore réussis à mettre la main sur la doc originale qui expliquerait le champ d'application de l'abaque, si quelqu'un l'a j'suis preneur !! Y aurait un certain Gril qui en 1982 aurait fait un truc en Belgique je crois...

Pour la formule du calvados, elle peut être réduite comme suit :
avec Vj (l/j) et Kj (mm/j)

S=((Vj x Cp/16)/K )x Cs = Vj/Kj x coef    si   Cp et Cs constant alors coef = 24 x (2,5/16)*4=15   

S= 15 x Vj/Kj

Je la présente de cette façon pour montrer l'importance de K et pour rendre l'approche comparable à la proposition de la norme Afnor  S= V par heure/k x coef avec comme commentaire « En règle générale, il est admis que ce coefficient est compris entre des valeurs de 3 et 10 »

J'ai mis en PJ une version plus propre du schéma précédent pour pouvoir comparer la proposition du Calvados avec l'abaque du CTGREF et d'autres références :

0-15mm/h : la surface de dispersion = la surface d'un épandage classique
15-40mm/h : la surface de dispersion = 1 à 2 fois moins que la surface d'un épandage classique
75mm/h et + : la surface de dispersion  > 3 fois moins que la surface d'un épandage classique

Je ne connais pas les règles généralement admises s'agissant de coef correcteur par rapport à Darcy en revanche je me rappelle celles utilisées pour extrapoler à partir d'eaux prétraitées:
-Laak (doc citée plus haut) = réduction de 40% max
-Tyler (présentation de l'Afnor aux assises de 2012) = réduction de 50% max

Passé 25mm/h les recommandations de la norme sont en dehors des standards établis. (Ça sonne bizarre comme phrase...)

Autres vieux travaux sur le sol

Alors si on pousse le degré de précision faut rentrer dans la texture, la structure du sol, le degré de saturation en eau, l'impact du biofilm, l'effet du colmatage physique (dépôt des MES, précipitation...),  les attendus en terme sanitaire, enviro...  Siegrist développe une règle de dimensionnement à la durée de vie :

http://www.osti.gov/scitech/servlets/purl/5052357/

Dans les vieux cartons français y'a de quoi fouiner aussi. On trouve aussi des trucs notamment cette étude du BRGM de 1988 qui donne (peut être ?) une origine à la règle des 30-35m et évoque des travaux sur l'efficacité du traitement par sol en condition maitrisée.

http://infoterre.brgm.fr/rapports/88-SGN-874-HNO.pdf

Tyler cité plus haut s’intéresse à l'épuration par le sol depuis un moment. Tout le monde a entendu parlé de la récupération de massif filtrant avec de l'eau oxygénée. Voici son point de vue en 1983 :

http://www.soils.wisc.edu/sswmp/pubs/8.11.pdf
« Modifié: 03 juin 2016, 19:55:46 par Spunk42.1 »
"70 dollars par jour pour le jardin, 100 dollars pour la toiture, 125 pour la fosse septique ... Je suis le plus cher, parce que je suis le meilleur!" MACHETE

Hors ligne Spunk42.1

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 130
  • Je suis: Spankeur
Re : 1975-2015 : LAAK VS CTGREF VS SIEGRIST VS CATHERINE
« Réponse #2 le: 30 août 2016, 20:49:29 »
Erratum, sur la formule du FD P16 007 (que j'appelle norme Afnor) qui était en consultation publique. Récupérable ici :
http://seaus.free.fr/IMG/pdf/fd_afnor_infiltration_eutraitees_1602.pdf

J'suis allé un peu vite. La formule dit Qpointe horaire (quand on regarde bien entre les pixels) qui n'est pas une conso journalière rapportée à l'heure. Mon graph ne rend pas compte correctement de la formule.

Si je prend une formule pour calculer Q pointe et ben en fait je tombe sur la formule du calvados avec un coef de sécurité qui n'est pas fixé à 4 mais variable de 3 à 10.

Si je cherche dans des études de cas et que je me rapporte au doc des années 80 cité plus haut p17 : «Le débit horaire au niveau d'une installation individuelle n'a pas de signification pratique. En effet, les temps de rejets d'eau sont très courts comme en témoigne le graphique de la figure 4 enregistrant la consommation d'eau et qui se traduit par des volumes consommés maxima de 18,9 I en 1 mn . 75,7 I en 4 mn . 98,5 I en 15 mn . 243 I en 1 h.  Rambaud (5) fait état d'un rejet de 600 I en 2 heures et de 350 I en 1 heure. » (environ 94L /h pour 4EH avec la formule du calvados)

Bon. La formule du calvados est pratique elle donne des résultats cohérents, sur les aspects théoriques... J'attends la sortie du fascicule pour en savoir plus.
« Modifié: 30 août 2016, 20:52:11 par Spunk42.1 »
"70 dollars par jour pour le jardin, 100 dollars pour la toiture, 125 pour la fosse septique ... Je suis le plus cher, parce que je suis le meilleur!" MACHETE

Hors ligne Spunk42.1

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 130
  • Je suis: Spankeur
Re : 1975-2015 : LAAK VS CTGREF VS SIEGRIST VS CATHERINE
« Réponse #3 le: 30 août 2016, 21:59:01 »
J'avais bien bosser le sujet, j'avais préparer un beau graph comparant les standards FR et US avec une belle frise historique des travaux confirmant la capacité du sol à épurer des eaux usées. Et pis j'ai tout perdu avec ma clé usb… *@#"/ ! Pas la motive de reprendre tout ça là maintenant… Alors voici de la biblo et des documents de travail :
 
Procédés non traditionnels
 
https://boutique.cstb.fr/Product/procedes-non-traditionnels-d%E2%80%99assainissement-autonome
(cliquer sur sommaire)
C'est pas les distances d'implantation qui comptent ici mais les dimensionnements…
 
Les PIA
cité plus haut Pages 82 83 84-
 
CEN 12566-2
https://www.nen.nl/pdfpreview/preview_36967.pdf
Une partie consultable de la CEN 12566-2 qui est a l'état de projet depuis 10 ans, sortira t'elle un jour? Je crois avoir entendu que ça bloque parce qu'il n'y aurait pas de consensus parmi les experts.
 
Les travaux universitaires américains Old School
(http://www.soils.wisc.edu/sswmp/sswmp_catalogue.htm)
 
Le compte rendu du sommet international d'Albuquerque des innovations sur le traitement des eaux usées par du sol de 2014
https://www.soils.org/files/meetings/specialized/full-conference-proceedings.pdf
(Moi j'aime bien le dessin de la couv ça illustre bien les enjeux de l'ANC)
Notons la présence des frenchies « M.Petijean M.Forquet et Mme BOUTIN»

 Pages 13 à 26 : Je vous met en pj des tableaux et le texte googletranslaté à l'arrache.
 
La thèse de sylvaine CHABAUD
«  INFLUENCE DU BIOFILM SUR LES PERFORMANCES DES SYSTÈMES DE TRAITEMENT PAR INFILTRATION DANS LE SOL : APPLICATION À L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF »

Une étude sur 4 réacteurs. Très grossièrement ça donne ça :

                                   MES     DBO    NH4   NO3   Colif totaux  ….. 
Effluent septique        99,2      231,4    71,4     2,9      6,7.10^4
Sable à 50L/m²/j          4,1        <2        2,8     51,9     5,5.10^2
Sable à 120L/m²/j        7,3        6,4      12,8    41,9     5,7.10^3
Limon à 20L/m²/j       10,8       <2        0,6     30,9     7,6.10^1
Limon à 50L/m²/j       53,1     15,0       6,5     25,7     9,7.10^3
(K du limon = 83mm/h)


Il serait bien qu'une instance publique de recherche nous ponde, sur financement du ministère, une réactualisation de l'état de la connaissance.  Une occasion d'expliquer le delta des prescriptions françaises par rapport aux autres pays. Une occasion de répondre aux 3 questions techniques posées.
« Modifié: 31 août 2016, 08:28:31 par Spunk42.1 »
"70 dollars par jour pour le jardin, 100 dollars pour la toiture, 125 pour la fosse septique ... Je suis le plus cher, parce que je suis le meilleur!" MACHETE

Hors ligne Johan

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 644
  • Je suis: Spankeur
Re : 1975-2015 : LAAK VS CTGREF VS SIEGRIST VS CATHERINE
« Réponse #4 le: 31 août 2016, 17:03:30 »
Merci pour toutes ces recherches. T'as du passer un temps fou. R.I.P. à tes cheuveux quand tu t'es apreçu que t'avais perdu tout ton boulot :(
Pour des docs comme ça, ce que je fais c'est que je les stocke sur mon compte Dropbox. Au moins, ils sont accessible de partout et il n'est pas possible de perdre les données (puisque c'est stocké sur le net).
May the Fosse be with you

Hors ligne Spunk42.1

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 130
  • Je suis: Spankeur
Re : Re : 1975-2015 : LAAK VS CTGREF VS SIEGRIST VS CATHERINE
« Réponse #5 le: 31 août 2016, 20:48:20 »
T'as du passer un temps fou.

Content de voir que c'etait utile aussi à d'autres. :)

« Modifié: 31 août 2016, 20:59:56 par Spunk42.1 »
"70 dollars par jour pour le jardin, 100 dollars pour la toiture, 125 pour la fosse septique ... Je suis le plus cher, parce que je suis le meilleur!" MACHETE

Hors ligne Tigrou

  • Administrateur
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2 401
  • Je suis: Spankeur
Re : 1975-2015 : LAAK VS CTGREF VS SIEGRIST VS CATHERINE
« Réponse #6 le: 31 août 2016, 23:01:47 »
Idem je viens de tout télécharger !!!

Il n'y a plus qu'à tout décortiquer !!!
Le général court cinq dangers:   Téméraire, il risque d’être tué. Lâche, il risque d’être capturé. Coléreux, il risque de se laisser emporter. Chatouilleux sur l’honneur, il risque d’être humilié. Compatissant, il risque d’être tourmenté. »

Hors ligne Spunk42.1

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 130
  • Je suis: Spankeur
Re : 1975-2015 : LAAK VS CTGREF VS SIEGRIST VS CATHERINE
« Réponse #7 le: 22 novembre 2016, 20:13:35 »
Comment dimensionner les tranchées d'épandage ?
Comment dimensionner les tranchées d'épandage pour les eaux ménagères ?
Comment dimensionner les tranchées de dispersion pour les eaux usées traitées ? (dans le sol et en absence de sol ?)

J'ai eu aucune réponse pratique aux Assises 2016, et pourtant j'ai courru les ateliers normatifs et scientifiques. Bon y'avait quand même cet atelier de l'IRSTEA où  a été présenté :

- une étude en cours sur la caractérisation des EU a l'échelle d'une habitation avec des résultats pointant, a première vue, une grande variabilité liée à l'usage. Une mamie en solo qui fait du 200L/j en régime de crosière avec des pointes à 500L/j (visite de famille)!! A la famille qui consomme en gros 75L/j/pers avec des concentrations qui explosent en conséquence.

-Une revue biblio sur les Gerywaters ou Eaux Ménagères
J'en ai retenu que le ratio C=100 N=10 P=1 (du genre, à revérifier…), l'équilibre alimentaire des µorgs (= gage de l'épuration biologique) est mis en question suivant la nature des eaux ménagères considérées : douche + cuisine? WC séparatif + douche + cuisine? Mix avec pluvial? Recyclage eaux grises?

-Les perspectives sur la gestion des eaux usées et la valorisation de N par une personne du LEESU (cf travaux de l'ANCRES ici https://leesu.univ-paris-est.fr/-ANCRES-.html?lang=fR ).
Changement climatique => baisse des étiages (ex: baisse de 30% de la seine) => rejet de Step pas acceptable=> Vive l'ANC!
La revalorisation des N se cherche des débouchés commerciaux en Suisse et en Scandinavie.

A quand le biphase pour l'alimentation humaine! On a bien reussi a réduire les P à la source !

Pendant ce temps là au CSTB…

Un peu de vidéo pour se mettre en jambe

Épuration des eaux : https://www.youtube.com/watch?v=E-iUuD-5SO0
J'ai envie de dire : Allez les gars soyez plus sûre de vous !! Que ça donne un peu plus envie d'avoir confiance à l'agrémentation !

Recyclage des eaux  : https://www.youtube.com/watch?v=wfqISqiZ2FI

Présentation d'Aquasim : https://www.youtube.com/watch?v=reOJkb3avHo

2'36 : Minority Report dans tes WC : Si tu bosses a l' Aquasim ton patron sais combien de temps tu passes au petit coin :)

Le rapport d'activité du CSTB.

https://www.researchgate.net/publication/281641836_Bilan_de_la_recherche_CSTB-2011-2013-_Projet_Cycle_de_l'eau

 Extrait:

"Les actions sur les écoulements insaturés dans les systèmes filtrants d’assainissement ont constitué une des pierres angulaires des travaux menés en ANC par le CSTB. En effet, les mécanismes entrant en jeu dans les processus épuratoires font l'objet de travaux depuis plusieurs années.

Les travaux réalisés au CSTB sur les systèmes filtrants extensifs ont permis d’établir leurs performances [50] pour les systèmes filtrants à flux vertical et de montrer la non fiabilité pour ceux à flux horizontal [51]. 

De plus, la question est actuellement abordée (thèse de WANG C., 2012-2015 intitulée « Comportement au colmatage des systèmes filtrants à base de sable en écoulement insaturé de l’assainissement non collectif (ANC)) ». Cette action doctorale [52] est menée avec l’université de Limoges (l’IRSTEA participant au comité de suivi de thèse)20.

20 La question est aussi d'ordre environnemental car il s'agit de préserver les sables de rivières utilisés dans les filtres à sables classiques (50 000 filtres à sable/an, chaque installation utilisent 20 m3 de sable siliceux de rivière) en utilisant des sables de carrières concassés.

[…]

* Pour les rejets  en germes microbiens,  le projet collaboratif RISANCO21 a permis d’esquisser de manière générique les performances microbiennes pour les différentes typologies de dispositifs [57,58]. Il est à noter que la miniaturisation limite l’efficacité des procédés d’épuration vis à vis des germes microbiens. Ces travaux ont été présentés au comité d'experts spécialisé "EAUX" de l'ANSES de janvier 2013.

* Pour la définition des règles d’aires d’infiltration dédiées aux eaux usées traitées, le projet RETANC22 avait pour but de définir des règles d'infiltration des eaux usées traitées à l'échelle de la parcelle. Il a été mis en évidence l’effet négatif des sols argileux vis à vis de l’élimination des germes microbiens présents dans les eaux usées traitées [59]. 

Par ailleurs, Le projet collaboratif BIOGUARD23 porte sur le développement de biocapteurs portatifs en ANC (fin en 2014). Ces biocapteurs sont destinés à monitorer les microstations d’épuration de l’ANC. Pour ce projet, le CSTB a fourni les données expérimentales sur les eaux usées et a mis en œuvre une microstation dédiée pour 20 équivalents-habitants sur sa plateforme pour une validation expérimentale du prototype développé dans le cadre du partenariat par l’IUT de la Roche sur YON [60, 61].

[…]
                                                     
21 RISANCO (2011-2012) : Risques sanitaires (microbiologiques) en ANC : projet collaboratif de l’ANSES mené par le CSTB et l’Université de Limoges . 
22 RETANC (2011-2013) : Résorption des effluents traités à la parcelle (par infiltration) en ANC : projet colloboratif  de l’ONEMA mené par le CSTB.  "
[/b]

RETANC où t'es? http://www.onema.fr/search/node/retanc   ?

lls font des journées portes ouvertes à l'Aquasim?
« Modifié: 04 décembre 2017, 19:02:55 par Spunk42.1 »
"70 dollars par jour pour le jardin, 100 dollars pour la toiture, 125 pour la fosse septique ... Je suis le plus cher, parce que je suis le meilleur!" MACHETE

Hors ligne Spunk42.1

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 130
  • Je suis: Spankeur
Re : 1975-2015 : LAAK VS CTGREF VS SIEGRIST VS CATHERINE
« Réponse #8 le: 29 novembre 2017, 22:50:32 »
Pour changer, plutôt que de vous apporter mes réponses je vais vous proposer une série de questions :

11.1. Une évaluation sur site aide à déterminer si les conditions du sol et du site sont adaptées à l'infiltration souterraine au moyen d'une unité de traitement par le sol (STU). Nommez deux propriétés du sol ou conditions de site qui sont généralement évaluées lors d'une évaluation in situ.

11.2. La prise en compte des données locales disponibles sur la qualités des sols (par exemple, Web Soil Survey = atlas pedo =/= carto appliquée à l'aptitude à l'ANC) peut être très utile pour l'évaluation d'un site et la conception d'une unité de traitement par le sol. Cependant, ce n'est pas une bonne pratique de ne compter que sur des informations disponibles pour la conception et la mise en œuvre du système final - Vrai ou faux?

11.3. Laquelle (ou lesquelles) des conditions de site suivantes pourrait représenter une condition limitative pour la mise en œuvre d'une unité de traitement par le sol pour desservir un immeuble d'appartements de quatre logements (cochez toutes les réponses qui s'appliquent)?
(a) Le lot est situé dans la plaine inondable d'une rivière voisine.
(b) La surface du lot est exposé au Nord avec une pente d'environ 9%.
(c) Le profil du sol sur le site est caractérisé par des sols limoneux sableux perméables.
(d) La profondeur sous la surface du sol jusqu'à la nappe phréatique est de 90cm.
(e) Un substratum rocheux fissuré est observé sur le site à plus de 180cm sous la surface du sol.

11.4. Lesquelles des raisons suivantes expliquent pourquoi les tranchées (0,9 m de largeur) ou les lits étroits (compris entre 0,9 et 3,6m de largeur) de faible profondeur (moins de 90cm) sont souvent préférables pour les unités de traitement par le sol? Sélectionnez tout ce qui s'y rapporte.
(a) Le profil du sol près de la surface du sol a généralement une conductivité hydraulique plus élevée.
(b) Les géométries d'infiltration étroites et peu profondes facilitent la diffusion de l'O2 dans et en dessous d'une STU.
(c) Par rapport à un lit large (par exemple, 6 m de large), la capacité hydraulique de la surface d'infiltration du sol dans une tranchée étroite est moins susceptible d'être endommagée par la construction.
(d) Une STU établie avec des tranchées nécessite moins d'espace au sol comparé à une zone avec des lits.

11.5. Lequel (ou lesquel) des énoncés suivants décrit les effets que les eaux usées peuvent avoir sur les propriétés du sol à environ 30cm de la surface d'infiltration horizontale d'une unité de traitement par le sol? Sélectionnez tout ce qui s'y rapporte.
(a) Les biofilms se forment dans les pores du sol lorsque des eaux usées contenant de l'eau, des nutriments et des micro-organismes pénètrent dans le sol.
(b) Les MES peuvent être filtrés et accumulés sous forme de biomat au-dessus de la surface d'infiltration du sol.
(c) Les pores du sol peuvent être remplis de substances semblables à des substances humiques, qui se développent avec le temps.

11.6. Quelles sont les trois caractéristiques suivantes de la composition des eaux usées qui sont principalement responsables de la perte de capacité d'infiltration pendant le fonctionnement d'une unité de traitement du sol: DBO5, pH, matières en suspension, NO3─N, Kjeldahl N?

11.7. En plus des caractéristiques de la composition des eaux usées choisies dans le problème 11.6, quel autre paramètre de conception a un impact majeur sur la perte de capacité d'infiltration pendant le fonctionnement d'une unité de traitement du sol?

11.10 Plusieurs facteurs de conception affectent l'épuration des eaux usées dans une unité de traitement par le sol. Ces facteurs sont liés aux types et à l'intensité des réactions qui surviennent mais aussi au temps de rétention hydraulique dans le profil du sol. Nommez deux des facteurs qui sont très importants pour une épuration efficace dans une unité de traitement par le sol.
« Modifié: 05 décembre 2017, 17:35:31 par Spunk42.1 »
"70 dollars par jour pour le jardin, 100 dollars pour la toiture, 125 pour la fosse septique ... Je suis le plus cher, parce que je suis le meilleur!" MACHETE

Hors ligne Monsieur Spanck

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 360
  • Je suis: Spankeur
Re : 1975-2015 : LAAK VS CTGREF VS SIEGRIST VS CATHERINE
« Réponse #9 le: 04 décembre 2017, 08:58:23 »
Allez, j'ai pas de maillot, mais je me fous à l'eau.

11.1. perméabilité, traces d'hydromorphie

11.2. vrai

11.3. (a) (c) (d) (c sous réserves de plus amples investigations)

11.4. je n'en sais rien

11.5. (b) et pour les autres je n'en sais rien

11.6. joker

11.7. quand on me donnera la réponse je dirai probablement "bon sang mais c'est bien sûr"

11.10 je vais enfoncer des portes ouvertes (j'ai mal compris la question peut être) aération du milieu, milieu propice à la sédentarisation des bactéries
« Modifié: 04 décembre 2017, 09:24:22 par Monsieur Spanck »
Le rejet des eaux usées traitées dans le milieu intergalactique est soumis à autorisation, sale Klingon !

Hors ligne Spunk42.1

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 130
  • Je suis: Spankeur
Re : Re : 1975-2015 : LAAK VS CTGREF VS SIEGRIST VS CATHERINE
« Réponse #10 le: 04 décembre 2017, 22:38:06 »
Allez, j'ai pas de maillot, mais je me fous à l'eau.

PLOUF !!!!     :)

Bon j'avoue que mon post est piégeux (« Oh l'autre il a pas bien répondu !! bouh il est tout nul!! »). Et puis ma traduction approximative n'aide pas... (ex : condition limitative = rédhibitoire ou contrainte majeure?)

Je n'ai, moi non plus, pas les réponses à ces questions.

Et j'me lance à mon tour :

11.1  K et épaisseur de la ZNS (ce qui rejoint la question de l'hydromorphie)

11.2  Faux

11.3  (a), (d) (quoique avec un système à moitié hors sol)

11.4  (a), (c)
 
11.5  (a), (b), (c)  (Faudrait que je re-lise la thèse de CHABAUD)

11.6  DBO et MES (comme figurant dans la formule de réduction de Laak) et je rajouterai bien N de Kjeldahl qui impacte dans une moindre mesure la demande en oxygène

11.7 la charge appliquée (l/j/m²) ?

11.10  s'agissant d'apport d'O2 et temps de séjour, je dirais texture/structure et taux de pierrosité du sol ..

Ces questions son issues du bouquin de SIEGRIST. Un bouquin de cours niveau Licence/Master II et d'auto-formation pour les professionnels. Elles accompagnent une série d'outils et de support pour cours de fac (ou formation).

1000 pages en anglais sur les fosses septiques... ça donne envie !!! Nan ?  (j'ai ça sous le coude)

Tout ça pour dire que les réponses à ces questions sont dans le bouquin et je me sens un peu con de ne pas savoir y répondre au tac-o-tac.
« Modifié: 04 décembre 2017, 22:50:44 par Spunk42.1 »
"70 dollars par jour pour le jardin, 100 dollars pour la toiture, 125 pour la fosse septique ... Je suis le plus cher, parce que je suis le meilleur!" MACHETE

Hors ligne Monsieur Spanck

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 360
  • Je suis: Spankeur
Re : 1975-2015 : LAAK VS CTGREF VS SIEGRIST VS CATHERINE
« Réponse #11 le: 05 décembre 2017, 11:40:33 »
11.2. La prise en compte des données locales disponibles sur la qualités des sols (par exemple, Web Soil Survey = atlas pedo =/= carto appliquée à l'aptitude à l'ANC) peut être très utile pour l'évaluation d'un site et la conception d'une unité de traitement par le sol. Cependant, ce n'est pas une bonne pratique de ne compter que sur des informations disponibles pour la conception et la mise en œuvre du système final - Vrai ou faux?

Cette question mérite un débat : en effet s'il est légitime de se poser la question si la conception et la mise en oeuvre d'une STU peut se baser sur les seules données type atlas pedo etc ...
... d'un autre côté on ne peut envisager de se baser sur des données indisponibles, trivialement :)
Le rejet des eaux usées traitées dans le milieu intergalactique est soumis à autorisation, sale Klingon !

Hors ligne Spunk42.1

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 130
  • Je suis: Spankeur
Re : 1975-2015 : LAAK VS CTGREF VS SIEGRIST VS CATHERINE
« Réponse #12 le: 05 décembre 2017, 17:34:08 »
Je rectifie et complète : 11.2 oui c'est bien vrai que ce n'est pas une bonne pratique.

(J'aurais du mieux traduire, je me suis piégé moi même avec cette formulation interro-négative.)

Si le terrain a été remblayé ou décaissé sur 3m, ben l'atlas pedo n'est plus pertinent.

Je te rejoins

"70 dollars par jour pour le jardin, 100 dollars pour la toiture, 125 pour la fosse septique ... Je suis le plus cher, parce que je suis le meilleur!" MACHETE